Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la présence à ce qui s'advient
2 mars 2015

Par l'autorité de sa main

 

IMG_0977

      Le seigneur de guerre devient prince de paix .

 

Passeur du double des choses

il délivre la lumière recluse dans la boîte des songes .

 

Doutant de sa propre vision

il met des oeillères à son pur-sang .

 

Le hasard accepté d'une bavure révèle un bleu diaphane .

 

Il hâte imperceptiblement la chute de l'Occident .

 

Il côtoie l'énormité de la tâche à venir .

 

Il franchit le carroyage de l'espace céleste .

 

Aux marges du monde ,

dans la manade de son atelier

sa gestuelle de cape et d'épée

dompte les écrouelles .

 

Il est peuple des menhirs .

 

Parfois en lassitude

ses yeux vairons

fertilisent les paresses de l'esprit .

 

Il est ardente digitale posée aux flasques des serrures .

 

Il est veilleur de l'échauguette ,

immobile en son extase .

 

Il signe furtivement d'un spasme taurin

le biais des choses dites .

 

Il est le légiste inflexible

de la liberté infinie des combinaisons .

 

Il ouvre à coups de hache

le deux fois béni de la blondeur de l'ange .

 

Sur les faces endeuillées par la rupture des apparences

il est l'ardent vandale d'une exigence barbare .

 

Il courtise les crachats blancs de la ressemblance .

 

Sur le visage perlé d'un mica de pacotille

il désquame encore et encore le rire des atomes .

 

Il rend visible l'Apocalypse ,

lui , le prophète aux prunelles de Voyant .

 

Il offre son visage aux inquisitions esthètes 

lui , l'artiste des coulures immédiates ,

l'énucleur en instance .

 

Et si le découvreur

en ses croisillons cloutés

calque l'enténèbrement de la clarté,

lors , tout s'enflamme ,

des yeux de l'aigle ,

au souffle noir des bisons de la pensée ,

tel le coeur du Beau impeccablement distingué ,

telle la marge d'un cahier obliquement souillé de sang .

 

Les persiennes claquent ,

la jointure des dualités explose ,

un éclair de vitesse clame l'éblouissement de la présence ,

les poussières dansent dans le rai de lumière ,

tout se joint en l'amble véritable .

 

Quittant la caverne des errants

il se soumet au tremplin des serviteurs

lui , le prêtre des sorties d'exil .

 

 ( d'après une oeuvre de JC Guerrero )

 

222

 

 

 

 

Commentaires
G
une autre lecture ...qui n'épuise pas l'épaisseur des mots.<br /> <br /> Bien à toi.<br /> <br /> JCG
Répondre
G
vifs remerciements, mon bon Gaël, plasticien des mots.<br /> <br /> Bien à toi.<br /> <br /> JCG
Répondre
la présence à ce qui s'advient
  • La communication, l'initiation, ne se font pas sur commande. Ce sont en effet des mouvements privilégiés, providentiels, au cours desquels se produit un dévoilement né d'une étincelle jaillie du frottement de deux âmes.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Archives
Visiteurs
Depuis la création 67 400